Nous sommes le 21/7/2017, il est 00H24 (Paris/GMT+1)

FRANCINE CHONNAUX

Thérapie individuelle – Thérapie de couple – Analyse de pratiques professionnelles

ADULTES / ADOLESCENTS

Je suis psychanalyste de fait et formée à l’Approche Centrée sur la Personne.

L’Approche Centrée sur la Personne est une pratique de la relation d’aide, et de la psychothérapie. Elle s’appuie sur la théorie de la personnalité et du comportement, élaborée par Carl Rogers (1902-1987), et s’inscrit dans le courant humaniste.

Je vous offre un espace thérapeutique fait à la fois de professionnalisme et d’humanité où l’on peut s’exprimer, être compris et accepté et où l’on puisse pas à pas, retrouver la sérénité intérieure, la confiance en soi, le mieux être.

Les rêves apportés en séance peuvent être aussi un outil à comprendre votre monde intérieur. Formée au langage des rêves selon CG.Jung, je peux vous aider à en trouver le sens. « Les rêves sont des produits de l’âme inconsciente ; ils sont spontanés, sans parti pris, soustraits à l’arbitraire de la conscience. » Carl Gustav Jung – L’Ame et la vie.

L’hypnose (sur demande lors de la prise de rendez-vous) : L’hypnose est un outil thérapeutique que j’utilise pour certaines demandes : Arrêt du tabac, stress d’un examen ou entretien professionnel, douleurs, etc…

J’accompagne toute personne qui se trouve confrontée à des mouvements intérieurs.

  • Difficultés dans la vie affective, sexuelle, conjugale, familiale ou relationnelle.
  • Bouleversements dûs à une séparation (rupture, divorce) ou à un deuil.
  • Moments de crise par la perte de travail, mise à la retraite, changement de lieu ou d’emploi.
  • De la souffrance au travail (stress, harcèlement moral, burn-out, difficulté d’adaptation, …)
  • Souffrir de ses troubles alimentaires (anorexie, boulémie), ses addictions, ses phobies,
  • Etre confronté à la maladie ou à celle d’un proche.
  • Hésitation par rapport à des choix d’existence.
  • Sentiment de mal-être, de stagnation.
  • Sentiment confus d’étouffer dans un système de fonctionnement trop étroit, ou de ne pas réaliser un potentiel de vie que l’on pressent en soi.
  • Sentiment d’angoisse, d’anxiété, crise de panique, manque de confiance.

J’accompagne les couples dans leurs difficultés. Il peut s’agir de moments de conflits, d’infidélité, de crises, d’incompréhension sur le désir sexuel de chacun, sur l’éducation des enfants…. un sentiment de rupture imminente, un sentiment que l’un et l’autre ne parlent plus la même langue, de souffrances qui ont besoin d’être abordées, facilitées par le thérapeute, afin de retrouver le chemin d’une parole plus fluide, d’une nouvelle communication, d’une compréhension entre les deux partenaires.

Adolescents : L’adolescence est une étape mouvementée pour l’adolescent, mais aussi pour ses parents. Il n’est pas toujours aisé de distinguer entre, d’un côté des conduites qui témoignent de ce qu’il est convenu d’appeler la « crise de l’adolescence » et de l’autre, des manifestations qui signent une souffrance psychique, une difficulté à grandir.
Les signes qui doivent alerter :
Contexte particulier de fragilité : • événement traumatique au sein de la famille, en milieu scolaire ou dans l’entourage proche (divorce, maladie, prison,…) ; • violences intrafamiliales ; • contextes suicidaires ou antécédents familiaux personnels ; • changements de niveau, entrée en sixième, en seconde ; • conseils de classe avec baisse des résultats ;• exclusion scolaire ; harcèlement notamment sur l’orientation sexuelle, sur l’image du corps, • découverte de son homosexualité.
– L’état dépressif avec angoisses, pleurs ou paradoxalement, inversion de l’humeur.
Le changement d’attitude avec retrait, repli sur soi, ou au contraire, propos désabusés, voire provocateurs : • attitude paradoxale, parfois rires immotivés, pleurs inopinés ; • impulsivité, agressivité.
Les troubles du comportement : • scarifications, fugues, prises de risque importantes, conduite sexuelle désordonnée, impulsive ; • prise de médicaments même insignifiante pour lutter contre la dépression ; • prise de drogues ou d’alcool ; • boulémie, anorexie.
Le discours inquiétant : • propos désabusés, discours pessimiste, ou menaces exprimées de passage à l’acte suicidaire ; • propos incohérents.
Fascination pour les armes, voire exhibition d’armes, fascination pour les événements suicidaires ou pour les personnalités ayant mis fin à leurs jours.

Avec l’accord de l’adolescent, des entretiens ponctuels avec les parents peuvent être mis en place afin de faire le point.

SUPERVISION : Accompagnement des professionnels de l’écoute dans leur pratique.

ENTREPRISES ET INSTITUTIONS :

Formation thématique : L’implication du travail en équipe – Qu’est-ce qu’’accompagner l’autre ? – La bonne distance dans la relation à l’autre – L’écoute non directive – Transfert et contre-transfert – Etc…

– Analyse de pratiques : Espace d’écoute et de mise en mots du vécu professionnel au regard des publics accompagnés – Accueil des différences de points de vue dans une perspective de réflexion collective sur les pratiques professionnelles – Ecoute et accueil des impacts émotionnels, apport des ressources nécessaires aux dépassements de ces impacts – Permettre une prise de recul et une réflexion quant à ses propres modes de fonctionnement et à ses interventions – Faciliter la mise en mots et l’analyse autour de situations individuelles complexes, posant des difficultés aux professionnels dans l’accompagnement mis en place – Favoriser la créativité et la production d’options nouvelles – Contribuer au développement des compétences relationnelles des salariés (communication, écoute, gestion des relations).

– Séances individuelles : Création d’un espace d’écoute et de soutien psychologique d’un salarié dans sa difficulté professionnelle quelle qu’elle soit.

Mes interventions peuvent être horaires ou forfaitaires en accord avec la Direction des Ressources Humaines.